Techniques de retrait d’implants : Tout savoir

Actuellement, les chirurgiens disent qu’il y a beaucoup d’informations contradictoires sur la chirurgie de retrait des implants qui circulent en ligne et qui concernent la quantité de tissu cicatriciel entourant l’implant qui doit être retirée et comment. « On pratique parfois une capsulectomie. Une capsule est le revêtement que le corps fabrique autour d’un implant, c’est une simple couche fine de tissu cicatriciel un peu comme le revêtement d’un kyste », explique le Dr Zeidler, chirurgien esthétique aux États-Unis. « Il arrive que cette capsule soit problématique, et nous recommandons de l’enlever, comme dans les cas de contracture capsulaire où elle peut être dure et calcifiée, ou contenir un implant rompu ou un liquide inflammatoire chronique appelé sérome. Dans ces cas-là, on s’efforce d’enlever la totalité de la capsule. »

Une capsulectomie typique consiste à créer une incision dans la capsule et à retirer d’abord l’implant séparément du tissu cicatriciel. Une capsulectomie en bloc permet de retirer l’implant mammaire et le tissu cicatriciel sans inciser ou ouvrir la capsule – mais tout le monde n’a pas besoin d’une chirurgie en bloc. Il y a eu beaucoup d’informations erronées concernant la nécessité d’une « capsulectomie en bloc » et une augmentation du nombre de chirurgiens se présentant comme des « experts en capsulectomie », explique le Dr Calobrace. « La vérité est que seuls les patients atteints de BIA-ALCL, ou d’autres tumeurs, ont besoin de ce type de chirurgie agressive et souvent déformante. Il n’y a aucune preuve que cela aide quoi que ce soit. Chez les patients atteints de BII ou d’implants texturés qui souhaitent être retirés, il faut procéder à une capsulectomie précise, ce qui peut être dangereux. »

Options de reconstruction

« Pour les femmes ayant une partie de leur propre tissu mammaire et très peu de chute ou de ptose, l’ablation seule peut suffire à produire un résultat agréable et d’apparence naturelle », explique le Dr Mahabir.

Se mettre à plat

Certaines femmes opteront pour une  » mise à plat « , ce qui implique une fermeture plate esthétique, une technique utilisée dans la reconstruction de la paroi thoracique après une mastectomie. Une fois que le tissu mammaire a été retiré, un travail supplémentaire est nécessaire pour aplanir les bosses et couper l’excès de peau afin de rétablir un contour optimal de la paroi thoracique.

Échafaudage interne

Si l’on craint que les tissus de la patiente ne soient pas en mesure de supporter l’implant, les chirurgiens peuvent recourir à une matrice dermique acellulaire ou à une allogreffe de tissu qui agit comme un filet chirurgical pour renforcer le tissu mammaire et créer un soutien-gorge interne. « Il existe également un autre échafaudage qui permet d’utiliser les propres tissus de la patiente pour aider à soutenir la situation du pli mammaire », note le Dr Preminger.

Lifting + Remplissage

Pour recréer les seins sans remplacer l’implant, de nombreuses patientes vont subir un transfert de graisse, un lifting des seins ou les deux. « Pour celles qui avaient des implants plus gros avant d’avoir des enfants et qui ont maintenant un certain affaissement, nous faisons parfois un lifting des seins ou une greffe de graisse, mais dans certains cas, nous ne voulons pas introduire un élément inflammatoire dans le tableau », explique le Dr Gordon. « Nous laissons d’abord tout guérir, puis nous revenons environ six à douze mois plus tard, lorsque l’approvisionnement en sang est meilleur, pour effectuer la greffe de graisse. »

Remplacement des implants

Une autre option pour les patients qui ne souffrent pas d’une maladie symptomatique est de faire remplacer les implants. « Lors de l’ablation des implants texturés et de la capsulectomie, les implants lisses sont souvent remplacés avec ou sans lifting des seins », explique le Dr Calobrace.

« Les implants plus récents ont un meilleur profil de sécurité que les implants d’il y a 20 ans, donc je fais aussi beaucoup de cas où je pose un nouvel implant », ajoute le Dr Preminger. « J’ajoute souvent une greffe de graisse à l’implant, ce que l’on appelle une augmentation mammaire composite, afin de mieux couvrir l’implant, de réduire les ondulations et d’obtenir un résultat plus naturel. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.